La plaine des jarres

Nous décidons de faire un détour sur notre itinéraire initial pour visiter la plaine des jarres. Direction Phonsavan ville d’entrée de ce site historique.

Nous décidons de nous y rendre car c’est un lieu qui a un double intérêt. Premièrement, la plaine des jarres reste aujourd’hui encore une énigme archéologique non résolue. Ces jarres ont été découvertes par une archéologue française en 1930, Madeleine Colani. Elles pèsent de 500 kilos à six tonnes pour les plus lourdes (les plus petites ont toutes été dérobées ..) et datent du XIème siècle avant J-C à 200 ans après J-C. L’utilisation et l’origine de ces jarres restent mystérieuses. L’hypothèse la plus probable serait qu’elles auraient servi à inhumer les morts. D’autres pensent qu’elles servaient à stocker de l’eau et de la nourriture ou encore à la fermentation d’alcool. Des jarres similaires ont été retrouvées en Inde et en Indonésie.

Deuxièmement c’est un lieu important dans la récente histoire du Laos. Pour la faire courte au moment de la guerre du Vietnam, le Laos qui était officiellement neutre, a subit pendant 9 ans des bombardements américains. La plaine des jarres, où tous les villages ont été rasés, a été bombardée pour contenir l’avancée du parti communiste laotien (le pathet lao, toujours au pouvoir aujourd’hui) et conserver le maintien de la capitale, Vientiane, face à l’hypothétique avancée des communistes vietnamiens. Le nord du pays a également subit des bombardements pour tenter de couper la fameuse route Ho Chi Minh, route de réapprovisionnement des troupes vietnamiennes. Le Laos a subit plus de bombardements que l’Allemagne et le Japon réunis pendant la seconde guerre mondiale. Pendant 9 ans, toutes les 24 heures et toutes les 8 minutes des bombes étaient lâchées sur le territoire laotien. C’est effrayant ! Nous avons d’ailleurs regardé un reportage sur Arte pour mieux comprendre l’histoire, si ça vous intéresse nous vous conseillons d’aller y jeter un oeil. Des témoignages oraux et les archives américaines dévoilent ce qu’ils appellent aujourd’hui « la guerre secrète » du Laos.

IMG_5251

IMG_3024

IMG_3023

IMG_3112

IMG_3076

IMG_3098

IMG_0340

Un couvercle qui recouvrait les jarres autrefois

IMG_3087

Aujourd’hui seul 3 des 90 sites de la plaine des jarres sont déminés. Vous suivez sagement les petits carrés au sol qui indiquent que vous êtes sur un chemin sécurisé ! On a même croisé une équipe de femmes qui participaient à une opération de déminage à quelques mètres de nous. Il reste encore beaucoup de travail et les organisations internationales viennent aider les laotiens (car juste pour vous donner une idée ils estiment que 20 à 30 % des bombes n’ont pas explosées).

Les balises indiquant le chemin déminé

IMG_3104

Trous de bombes

IMG_3035

IMG_3033

Avant de repartir de Phonsavan nous avons fait un stop au bomb spoon village. Le nom de cette localité parle de lui même. Les habitants récupèrent l’aluminium des bombes pour en faire des cuillères. D’ailleurs, énormément d’objets du quotidien sont créés à partir des bombes (pour exemple le barbecue de notre guesthouse était tout simplement la moitié d’un obus ou notre porte clé de chambre une balle …).

IMG_3138

le four dans lequel les paysans fondent l’aluminium des bombes

IMG_3139

Décoration murale du loueur de scooter 

IMG_0334

 

 

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close